Métier de psychologue du travail : attributs, avantages et inconvénients, formation

psychologue du travail

L’être humain occupe une place prépondérante dans l’univers du travail. Il est l’acteur premier qui interagit avec la société en tant que structure fixe ou mobile. Bien que les entreprises aient en général une culture que l’employé est invité à s’approprier, on ne peut occulter le fait que l’homme est un amalgame de valeurs, de représentations et de schèmes propres à sa culture. Ceux-ci ont une rétroaction qui peut être positive ou non sur la vie de l’employé et sur la productivité de l’entreprise elle-même.

L’une des solutions anticipatrices pour prendre en charge les conséquences du stress causé par le conflit des personnalités ou le burn-out au travail est le psychologue de travail. Le cliché populaire réduit son métier à la simple discussion révélatrice qui se déroule dans le cadre strict du cabinet du psychologue de travail. Cependant, il s’agit d’un travail dont les incidences dépassent cette image.

Définition et fonctions du métier de psychologue du travail

Le métier de psychologue du travail est exercé par la personne ayant suivi une formation en psychologie du travail et des organisations. Il s’agit d’un axe de la psychologie expérimentale qui entreprend d’étudier le comportement des employés et leurs interactions. Le but est de trouver le consensus applicable pour garantir à la fois la rentabilité de l’entreprise et le bien-être des divers acteurs intervenant dans ladite entreprise. L’entreprise ici peut être comprise comme toute entité qui a une mission empirique et fait usage des ressources humaines et matérielles pour fournir un service et rester compétitive. Le psychologue du travail intervient donc par définition dans plusieurs secteurs de l’entreprise.

Au sein de l’entreprise, le psychologue de travail se charge de conseiller les acteurs. Les entretiens faits avec ce professionnel permettent de mettre à jour les différents problèmes qui freinent le travail de l’employé. Ils peuvent être en lien avec la nature du travail, les relations entre collègues, les appréhensions de l’acteur, etc. Le psychologue travaille donc au contrôle des risques professionnels, à la motivation et au développement personnel de ses interlocuteurs. Ses divers conseils facilitent l’intégration de l’employé à son groupe social professionnel et les potentielles réorientations. Il peut aussi entretenir les acteurs sur les problèmes non professionnels.

Le rôle de conseiller du psychologue du travail s’étend aussi à la prise de décisions. Il sert de coach pour les managers afin de les aider dans l’opérationnalisation de leurs objectifs et dans la meilleure gestion du personnel. C’est un professionnel présent en amont au moment des entretiens d’embauche. Il aide à la meilleure description du profil dans l’avis de recrutement. Il identifie les profils psychologiques en adéquation avec les exigences du poste à pourvoir.

Le psychologue du travail participe à l’élaboration des campagnes publicitaires. Dans ce cadre, il permet de créer un visuel ou de construire un message qui convainc les potentiels clients et améliore les ventes de la société. Il aide ainsi le service marketing à choisir les meilleures stratégies pour promouvoir un produit ou un service. Au-delà de tout cela, il fournit les informations nécessaires pour faciliter la gestion des ressources humaines. En outre, ce type de psychologue permet de réguler le climat de travail des acteurs. Pour cela, il prévient et facilite la résolution des conflits entre collègues. Enfin, le psychologue de travail se charge de faire l’analyse institutionnelle. Autrement dit, il analyse la dynamique de groupe et les relations employés/employeurs ou entreprises/partenaires afin de relever les points de pression sur lesquels il faut intervenir.

Compétences du psychologue de travail

Les fonctions du psychologue du travail nécessitent un sens aigu de l’écoute. Ce dernier doit savoir discerner, grâce à l’observation et aux plaintes du salarié, quel est le point de stress le plus significatif. Il doit aussi avoir une bonne capacité d’analyse et de synthèse.

Étant donné que le psychologue de travail doit réguler des situations conflictuelles, il doit faire preuve à la fois de diplomatie, de sang-froid et d’impartialité. L’équité du psychologue est d’autant plus importante qu’il doit associer l’altérité à l’empathie envers les acteurs de l’entreprise tout en ne s’écartant pas de la culture professionnelle en place. Il peut ainsi faire aisément la part des choses sans impliquer ses propres déboires dans son analyse.

La délicatesse des situations présentées au psychologue du travail exige l’exercice d’une bonne capacité communicationnelle. Il dispose des compétences organisationnelles propres à un manager des ressources humaines. Enfin, un tel professionnel doit être au courant des diverses lois qui régissent le milieu du travail et des règles propres à l’entreprise.

Avantages et inconvénients du métier

L’un des avantages du métier de psychologue du travail est la diversité des lieux de travail. En effet, le psychologue peut travailler en externe dans un cabinet. Il lui revient d’organiser son agenda afin de fournir les meilleures prestations aux acteurs des diverses entreprises à sa charge. Il intervient dans les hôpitaux. Il peut aussi être affilié à une entreprise spécifique. Par ailleurs, il s’agit d’un métier qui favorise les échanges avec les collaborateurs au quotidien.

La psychologie du travail permet d’éviter la monotonie d’un travail routinier et répétitif. Cependant, le psychologue est constamment confronté à des situations qui nécessitent qu’il réprime ses émotions. À l’instar d’un médecin, il doit savoir faire preuve d’objectivité en toute circonstance. Enfin, le psychologue de travail est contraint à fonctionner dans le respect des directives de l’entreprise. Il doit donc toujours envisager des solutions qui sont aussi satisfaisantes pour l’entreprise que pour le salarié.

Comment devenir psychologue du travail ?

Pour devenir psychologue du travail, il faut suivre une formation diplômante de niveau Bac+5 en psychologie. Les trois premières années permettent généralement d’avoir une licence en psychologie générale. Les deux années suivantes servent à se spécialiser dans une des branches de la psychologie du travail. Il peut s’agir des options :

  • management des relations humaines et des communications
  • ingénierie psychosociale
  • ressources humaines
  • etc.

Il est aussi possible de procéder à une réorientation lorsque vous avez un master en psychologie. Ici, il faut justifier d’années d’expérience dans le domaine du conseil en entreprises et suivre une formation continue diplômante. Certaines écoles offrent la possibilité d’obtenir un diplôme de psychologue du travail après avoir validé leur cursus spécialisé. Enfin, il est possible d’exercer ce métier avec un master en psychologie. L’exigence ici est d’entreprendre de nombreux stages et recherches scientifiques dans le milieu des entreprises et organisations.

Quel salaire espérer ?

Le salaire moyen d’un psychologue de travail est compris entre 1700 et 1800 euros par mois pour le débutant. Les années d’expérience permettent de l’augmenter jusqu’à une valeur minimale de 2400 euros pour le psychologue de travail intermédiaire. L’expert peut espérer une rémunération mensuelle moyenne de 3200 euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.